En 2018, pour quoi philosopher?

Par Frédéric Dulac, Professeur de philosophie, Cégep de Granby

Jean Miélot dans son scriptorium, vers 1456, Bibliothèque Nationale de France

Les organisateurs auraient pu tout simplement formuler la question du concours ainsi : « En 2018, pourquoi philosopher? ».  Ils l’ont plutôt libellé comme suit : « En 2018, pour quoi philosopher? ».  Mais pourquoi — ou peut-être pour quoi — une telle formulation?  Qu’avaient-ils en tête?  Qu’ont-ils vu qu’il nous faudrait prendre en compte à notre tour afin de répondre précisément à cette question?  Que présuppose une telle formulation?  Pourquoi et pour quoi, que signifient-ils?

Lire la suite …

La philosophie et la valeur de la rationalité

Par Marc-Kevin Daoust, candidat au doctorat en philosophie à l’Université de Montréal

Just because you’re paranoid doesn’t mean they aren’t after you
-Kurt Kobain

On vous demande de réfléchir à l’importance de la philosophie en 2018. Qu’allez-vous répondre? J’ai pour ma part passé 5 ans à réfléchir à une sous-question étroitement liée à celle-ci: pourquoi être rationnel? Vous vous direz d’abord que c’est une question un peu idiote. Être contre la rationalité, c’est un peu comme être contre la tarte aux pommes. Mais au-delà des apparences, il s’agit d’une question réellement complexe.

Wikimedia Commons, CCO, Jahobr

On ne sait pas vraiment ce qu’est la rationalité

Quand j’étais au cégep, mon premier contact avec la philosophie s’est effectué par le concept de rationalité. C’était attendu: après tout, le titre du cours était « philosophie et rationalité ». On nous a dit des choses convenues, comme: « un énoncé illogique est irrationnel », « les sophismes sont irrationnels », etc. Mais savons-nous vraiment en quoi consiste les exigences de la rationalité?

Lire la suite …

Pour quoi philosopher? D’abord pour savoir ce que l’on veut vraiment!

Par Étienne Groleau, Professeur de philosophie, Cégep Beauce-Appalaches

En 2018, pour quoi philosopher?

Demander à quoi sert la philosophie c’est demander pour quoi elle est utile. Cette remise en question revient sans cesse et aucune réponse ne semble être définitive. C’est que la question est beaucoup plus difficile qu’elle n’y paraît. Elle suppose une réflexion sur le sens même de la vie. Rien de moins.

Homme de Vitruve, Léonard de Vinci, vers 1490

Ce qui est utile, est utile pour quelque chose d’autre. C’est un moyen vers une fin. Celui qui demande à connaître l’utilité de la philosophie a nécessairement en tête une finalité. La question cherche donc à obtenir une explication de l’avantage que la philosophie offre pour cette finalité. Pour répondre, il faut donc bien connaître son interlocuteur. Si l’on veut offrir une réponse plus profonde, plus universelle, si l’on veut atteindre l’utilité de la philosophie en elle-même, il faut alors établir la finalité de l’espèce humaine. Tâche qui présente tout un défi.

Lire la suite …

Guidez votre travail grâce à un outil bien pratique!

Par Éric Riendeau-Fontaine, professeur de philosophie au Collège Brébeuf

Cette année encore, Éric Riendeau-Fontaine vous offre un outil de préparation à la rédaction de votre dissertation. Il s’agit d’une version augmentée de la médiagraphie de décembre, assortie de nombreux conseils franchement utiles!

Pour accéder à l’outil, veuillez cliquer ici.

 

Si vous enseignez la philosophie et que vous avez en main d’autres outils pouvant bénéficier aux étudiant(e)s participant au concours, n’hésitez pas à en faire part au comité en écrivant à Jean-François Dubé au jfdube@cegepgranby.qc.ca

Bonne chance à tous et toutes!